Marie Quéau

Le Royaume 

 

L’organisation sociale engendre ses dissidents, ses exclus et ses marginaux.

Pour approcher ces laissés-pour-compte, il ne reste la plupart du temps que les documents ou les images provenant des cercles du pouvoir.

Le Royaume est le portrait d’une communauté imaginaire réalisé entre 2017 et 2019, teintée de magie et de rituels.

Ma démarche dans ce travail s’apparente à celle d’un archéologue : ressusciter des mondes morts, renouer le dialogue avec des êtres d’un autre temps, pour raconter au mieux notre présent. Ces corps sont traversés par une force qui déstabilise et dessine un vaste champ de tensions. Leur course vers un point inconnu renoue également avec l’idée du rite de passage, de temps suspendu, où l’ordinaire se réorganise et se remet en place pour lier un individu à un groupe. La boue bleue, de couleur or ou noire anonymise les corps et visages et se propose comme une seconde peau, une protection contre l’extérieur aussi. Elle permet aux corps de se libérer, d’être violents et tendres. Cette communauté de personnages nous parle d’un temps sombre et diluvien. Ses gestes et ses corps dont le sens demeure mystérieux, racontent une vie en marge d’un Royaume sans images. Leur existence est ambiguë mais tenace, et décrit mon rapport ambivalent et agonique à notre monde. D’amour-haine.

 

Marie Quéau est née en 1985 à Choisy le roi (94), elle vit et travaille à Paris depuis sa résidence à la Cité internationale des arts en 2017.

Diplômée de l’ENSP d’Arles en 2009, son travail fut exposé au Festival PhotoLevallois, au Salon de Montrouge, au 26eme Festival de Mode et de Photographie de Hyères, à la Filature de Mulhouse ainsi qu’à la galerie Michel Chomette lors de l’exposition collective L’image comme lieu en 2015.

En 2012, elle reçoit le Prix Nofound Photo Fair – Fondation C de Groot pour sa série Gojira. Débuté en 2013 son projet Odds and ends reçoit le soutien de l’Observatoire de l’espace du CNES, de la DRAC Grand Est, du Centre Européen d’Actions Artistiques Contemporaines (CEAAC) avec sa bourse d’aide à l’international ainsi que du CNAP avec la bourse documentaire pour la photographie contemporaine. En juillet 2016, elle expose Odds and ends au Centre Photographique d’Ile de France, restitution de sa résidence de post-production, dans le cadre des Précipités et en 2017 à la Cité internationale des arts durant le programme Présent & Projet. En 2018, elle est finaliste du Prix HSBC pour la photographie, Lauréate du Prix des Lectures de Carré sur Seine et publie Handbook chez September Books.

Elle participe à de nombreuses expositions collectives chez Ofr., à la Galerie Triple V, aux Frigos de Paris et se retrouve également dans des publications comme Passion #3 « La belle vie sous un autre angle », Alterzeitgeist de Marielle Chabal et Talweg 02 (Pétrole Éditions). Fin 2018, elle est Lauréate de la Résidence Sur Mesure de l’Institut Français pour son projet « 232,8° C » au Brésil (d’aout à octobre 2019).

 

Plus sur : http://www.mariequeau.com/